Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
              metamusique.fr

metamusique.fr

Menu
From Detroit to Tokyo...

From Detroit to Tokyo...

From Detroit to Tokyo...

Ce 28 octobre 1995, à plus de 9800 kilomètres de chez nous, se déroule l'un des évènements les plus marquants de la planète Techno. Il est 3 heures du matin lorsqu'un homme se présente sur la scène, pose ses sacs de vinyles, jette un coup d'oeil assuré sur ses platines, met son casque, sort une galette, puis deux avant de les poser sur ses MKII. La première d'entre elles se nomme Utopia. Le calme (si on peut dire) avant la tempête. Du haut de ses 32 ans, Jeff Mills, pape de la Techno "made in Detroit", co-fondateur du collectif Underground Resistance avec le très discret Mad Mike, propose ce qui reste encore aujourd'hui comme la référence en matière de mix. Un set sans temps morts, qui alignent des titres d'anthologie et qui élève définitivement Jeff Mills au rang de véritable "Sorcier". Perché au 6e étage d'un building du Kabukicho, quartier chaud de Tokyo situé à Shinjuku, le Liquid Room se mérite. On y accède, comme beaucoup d'endroits dans la capitale nippone, en ascenseur. Tels des cosmonautes qui entreraient dans une capsule pour être mis sur orbite, les clubbers affluent. Car c'est un peu cela qui attend les quelques 900 curieux venus assister à cette mémorable performance. Pas la peine d'attacher sa ceinture, mais plutôt se laisser porter par le souffle de la basse. La grande machine à laver, celle qui essort à coup de BPM va entamer sa mise en route. Et ca dépote dès la deuxième galette. The Extremist, hymne culte des séries Waveform publiées sur le mythique label Berlinois Tresor, produit son effet dès les premières mesures. Le corps ondule mécaniquement depuis plusieurs minutes, les gouttes de sueur commencent à perler et le cerveau s'est fait la malle, a quitté sa boite crânienne pour pénétrer une autre dimension... Ambiance.

Peu de Français étaient sans doute présents lors de cette soirée. Mais Jeff Mills a eu la bonne idée d'enregistrer ce set et de le publier sous l'étiquette, Mix-Up, supervisée par le Japonais Takkyu Ishino. Divisé en 3 segments sur la version CD, ce mix d'anthologie déroule de nombreuses perles techno. A commencer par le "tube" (si, si...) de Jeff Mills, The Bells magnifiquement enchainé, presque fusionné avec le non moins mythique Work That Body de DJ Funk. Il y a aussi le célèbre Strings of Life et ses claviers virevoltants signé Rhythim is Rhythim, pseudonyme sous lequel se cache le grand Derrick May.

Presque 20 ans après, ce mix demeure une véritable pièce de collection, un exemple d'efficacité, de créativité et d'audace. Bref, un disque qu'il faut avoir écouté au moins une fois dans sa vie, casque sur les oreilles, à fond les manettes. Histoire de remonter le temps et de se retrouver propulser, grâce au "Sorcier des platines", un certain 28 octobre 1995 au Liquid Room de Tokyo. Il est 3 heures du matin. T.G

Rare extrait du Set de Jeff Mills au Liquid Room de Tokyo. Disponible dans le DVD anniversaire de The Bells / 10 years Anniversary.

bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Le Blogger