Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
              metamusique.fr

metamusique.fr

Menu
« Sacrés Français ! » : Ou l’intemporalité de la French Touch 1.0.

« Sacrés Français ! » : Ou l’intemporalité de la French Touch 1.0.

« Sacrés Français ! » : Ou l’intemporalité de la French Touch 1.0.

PART 1. Si, musicalement en France, les années 90 fascinent toujours autant, c’est sûrement parce qu’elles ont révélé des artistes d’un nouveau genre. Ce fut le cas du Rap qui a connu son heure de gloire durant cette époque, mais aussi du courant électronique qui a su porté et exporté cette « French Touch 1.0 » aujourd’hui adulée. Petit tour d’horizon très subjectif des 10 titres qu’il faut absolument connaître. Ou découvrir. Cadeaux post-Noël.

DeepsideFrench (1993)

Ludovic Navarre alias St Germain au sommet de son art, mais au début de sa carrière, avec ce titre, extrait du EP Tolérance (Fnac Music Division) évidemment « deep » mêlant rythme techno et atmosphère planante grâce à des nappes de claviers sublimissimes. Une petite pépite longue durée qui a traversé les époques sans prendre une ride.

Nova NovaDJGG (1995)

Sous ce pseudonyme galactique se cache le duo Marc Durif et Michel Gravil tombé dans la marmite électronique dès 1992. Signé deux ans plus tard par Eric Morand, futur complice de Laurent Garnier au sein du label F Communications, Nova Nova publie son premier maxi, Metaphysic (1994), puis Nova Nova EP dont est extrait ce titre, DJGG. Un concentré de deep techno aux montées « acid » qui fleurent bon la TB 303. Et là, encore des nappes de synthé hallucinantes d’émotion. Un bijou absolu et intemporel.

Daft PunkFresh (1997)

Paru en 1996, Homework est, dans son intégralité, unanimement considéré comme un Everest de la musique électronique. Fresh est sans doute le morceau le plus aérien de cet album fondateur de la French Touch. Accompagné d’un clip totalement magique tourné à l'orée d'un coucher de soleil (le fameux chien de Da Funk a fui New York pour une plage Californienne), ce titre suave à la boucle majestueuse et aux basses toujours aussi lourdes et rondes, traverse le temps, comme une capsule de jouvence aux pouvoirs apaisants. Whaou !

La Funk MobMotorbass Get Phunked Up (1994)

Ca commence par une note appuyée de piano puis une ligne de basse furtive et lancinante. Vient s’ajouter ensuite le charley etc… Dans cette superposition de sonorités addictives, Philippe Zdar et Hubert Boom Bass, futur Cassius et déjà concepteurs musicaux de Solaar, dégainent ce superbe freestyle intrumental funk-Hip-Hop sans parole, si ce n’est le fameux gimmick « la Funk Mob ça me rend folle » qui donne une respiration sexy au coeur de ce groove hypnotisant. Huit minutes trente de pur bonheur sorties sur le mythique label anglais, Mo Wax. Les Français ont la côte avec ce EP, le bien nommé Tribulations Extra Sensorielles d’où est extrait cette « bombe de basses ».

Dimitri From ParisSouvenir de Paris (1999)

Véritable colonne vertébrale de ce titre extrait de l’album Sacré Français, le sample d’Henri Mancini intitulé Lujon (tiré de Mr Lucky Goes Latin - 1961) plaqué sur des rythmiques martiales et enrobé de répliques cinématographiques a fait et fait encore les beaux jours de nombreux habillages sonores notamment pour la pub (Jeep, notamment). Une recette simple, efficace, classe qui confère à la capitale française une beauté aux charmes surannés. Une illustration de ces productions à l’esthétique rétro sur lesquelles Dimitri Yerasimos a fondé sa réputation et son œuvre. Chapeau bas Messir.

AirLa Femme d’Argent (1998)

Instant magique qui débute par le bruit des vagues, puis une basse, une batterie et enfin ce Minimoog et cette orgue synthétique (piloté par Eric Regert) exceptionnellement bien mis en valeur dans cette mélopée à la construction qui rappelle celle d’Echoes signé Pink Floyd. Montée, descente et final en apothéose. Les Versaillais Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel signent ici l’un des morceaux les plus aériens (normal...) de la « French Touch », entre Pop psychédélique et downtempo éclairé. Exceptionnellement touchant.

DemonBlunted People (1999)

Que dire de Midnight Funk, album signé Demon (alias Jérémie Mondon), sinon qu’il est tout simplement grandiose. Parmi les quatorze perles qui alternent downtempo et house frétillante et funky, on trouve donc ce Blunted People qui dégage une puissance destinée à chauffer le dancefloor. Finesse de la boucle soul, métronomie de la basse, claque de la grosse caisse, fermez les yeux et votre corps ondulera presque mécaniquement, comme happé par une puissance occulte et musicale. Le "Demon" de la nuit, c'est lui.

MooloodjeeLarge (2000)

Cuvée confidentielle du vaisseau amiral « Solid », le label Poumtchak, moins connu que son illustre cousin (à qui l’on doit la production du mythique Superdiscount) mérite tout autant d’éloges. Derrière ce pseudo clin d’œil, Mooloodjee, se cache le boss, Etienne de Crécy. Riffs de guitares, sample soul, gimmicks gazouillants, Large est une ôde au bonheur, une vitamine anti-morosité, un « psychotrope » musical invitant à la plénitude. Bref, une parenthèse de huit minutes à consommer sans modération.

Pepe BradockDeep Burnt (1999)

Certains se sont longtemps demandés comment s’appelait ce morceau, qui l’avait composé. Sans jamais réussir à récolter la réponse. Peu importe, le Deep Burnt de Julien Auger alias Pepe Bradock (ca y est, on a trouvé !) reste à ce jour un monument de la « French Touch », une partition multi diffusée, multi écoutée, multi appréciée et ce, sans que personne parfois ne sache vraiment qui en était l’instigateur. Trop fort.

Ollano - Lattitudes (1996)

Petit clin d'oeil acidulé et pétillant à cette formation qui a (peut-être) réconcilier bon nombre d'entre nous avec la chanson française à une époque où cette dernière se cherche encore. Ollano, c'est le projet musical de Marc Collin (ex-Orange avec Alex Gopher, Nicolas Godin et Benoit Dunckel) et Xavier Jamaux (ex-Spleen Ideal avec Marc Collin et Nicolas Godin) articulé autour de 9 morceaux dont le fameux Lattitudes. Un titre sur lequel Helena Noguerra révèle pour la première fois sa voix caressante, puis sa plastique dans le seul clip tiré de cet album. Une madeleine de Proust pour tous les nostalgiques de la "French Touch 1.0" qui aiment à la fois le vertige et le confort de l'apesanteur.

TO BE CONTINUED...

T.G.

Extrait de la VHS X-Mix 2 de Laurent Garnier.

bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Le Blogger