Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
              metamusique.fr

metamusique.fr

Menu
Justice : Woman, l’empire des sens

Justice : Woman, l’empire des sens

 

Justice vu par So-me

Photos : So-Me

CHRONIQUE. Presque 10 ans après "†" (2007), le duo parisien poursuit ses expérimentations entamées sur Audio Video Disco (2011) avec des notes plus subtiles et organiques dans un troisième album surprenant, sensuel et fédérateur au sein duquel la Pop devient reine. Nous avons écouter Woman (Ed Banger / Because). Voici le verdict.

 

So-MeQuand Justice se sent pousser des "elles"

Il y a d’abord eu ce premier extrait, Safe & Sound, résolument disco, avec ses basses slappées dans une ambiance chorale et lâché un peu avant l’été, histoire d’aiguiser notre appétit dansant. Puis il y a eu Randy (« excité » en anglais), plus Pop avec ses riffs de guitares synthétiques et la voix « TameImpalesque » de Morgan Phalen (du groupe Diamond Nights et déjà présent sur l'album Audio, Video, Disco). De quoi nous donner envie d’en découvrir un peu plus tant Gaspard Augé et Xavier de Rosnay avaient décidé de donner de nouveaux sens à leur musique. Et ce n’est sans doute pas un hasard s’ils ont baptisé cet album Woman. Comme pour réveiller en eux (et en nous par la même occasion) la part féminine restée enfouie jusqu'alors...

 

Magiciens

Du coup, ce nouveau disque se montre d'abord caressant avec le bien nommé Pleasure, puis vibrant avec Alakazam ! et sa rythmique qui rappelle la modern-disco du Delorean Dynamite de Todd Terje. L’ambiance devient ensuite brûlante sur un Fire explicite (chanté par le Français Romuald Lauverjon) aux pouvoirs ondulatoires indéniables. L’incandescent Stop (avec Johnny Blake de Zoot Woman), oeuvrant dans le registre down-tempo avec des relents R’n’B, avance avec assurance ses chœurs, ses claviers et ses rifs doucement survoltés.

photo  : So-MeHuman after all

S’en suit l’énergisant Chorus à l’univers plus synthétique, christique et extatique, une espèce de chevauchée fantastique au rythme soutenu dans laquelle vrombissent des guitares passées par le filtre de la distortion. C'est alors que surgit l’excitant Randy vocalisé par Morgan Phalen. Puis c’est au tour des clavinettes baroques de prendre le relais sur un Heavy Metal triomphant scindé en deux parties. L'une résolument énervée, l’autre savamment orchestrée comme une marche conquérante aux accents eighties. Un clin d’œil aux jeunes années retranscrit dans le glorifiant Love S.O.S dont la proximité sonore avec le Discovery des Daft Punk saute aux oreilles. Pour clore cette enivrante plongée dans les limbes de l'amour, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay proposent Close Call sous forme de générique de fin. A la fois angélique avec ses nappes de violons et intrigant avec ses mesures martiales. Ainsi se referme le cinématique Woman. Un disque sensible et organique. Humain après tout. T.G

Justice - Woman (Ed Banger / Because)

Justice - Fire (feat. Susan Sarandon)

bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Le Blogger