Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
              metamusique.fr

metamusique.fr

Menu
Un vinyle, une histoire #2

Un vinyle, une histoire #2

Un vinyle, une histoire #2
Une plongée aléatoire dans ma collection de vinyles. Un disque indispensable, involontairement oublié, des mélodies essentielles, des compositions mythiques, des ambiances qui éveillent la nostalgie. Bref, tout ce que la galette de cire peut raconter. Depuis l'ouverture de sa pochette à sa pose sur la platine jusqu'à son écoute, on explore les sillons d'exception.

C'était il y a 15 ans. En 1999. Un dimanche à minuit. Un certain Max, animateur sur Fun Radio, anime Ballade Nocturne, une émission musicale durant laquelle il diffuse des morceaux relaxants - Je sais, je commence sans doute à faire peur à certains, mais continuez la lecture, ça vaut peut-être le coup - Max de Fun Radio donc se plait à distiller musiques de films, mélopées Trip-Hop ou plages méditatives. Un programme plutôt agréable, atypique et dans lequel, surtout, quelques perles parviennent à attirer l'attention. Entre deux voire trois voire quatre morceaux de Dead Can Dance dont l'animateur se révèle, au fil des semaines, un inconditionnel, l'objet de toutes les convoitises auditives émerge comme par enchantement. Il surgit comme un rayon de soleil traversant la fenêtre d'une pièce figée par le silence en plein hiver. Comme un signal lumineux qui suspend le temps.

Un vinyle, une histoire #2

Versions frissons

Il me faut absolument ce disque. Pour pouvoir le réécouter, casque sur les oreilles. Pour faire sortir, quand bon me semble, la magie de ce titre par le biais d'une cellule délicatement posée. J'éprouve ce besoin de posséder enfin ce Love Theme From Spartacus signé du regretté Terry Callier et paru en 1998. Alors quand je tombe enfin dessus dans le rayon "vinyles" de feu FNAC des Italiens, j'éxulte. D'autant que ma surprise va se prolonger. Sur ma platine d'abord. Ce maxi comprend en fait 4 remixes, tous plus splendides les uns que les autres. Le premier exploré par Roy Davis Jr (réécouter le mythique Gabrielle), déroule une relecture de 8 minutes avec changements de rythmes et ponts contemplatifs. Le second, sans doute le plus majestueux (celui-là même qui passait dans cette fameuse Ballade Nocturne) est signé par le groupe britannique Trip-Hop Zero 7. Léger, aérien, magique. Le troisième, oeuvre de 4Hero, pionniers de la Drum'n'Bass, jouent cette fois la carte de l'ambiance Jazzstep. Et c'est tout aussi charmant. Le quatrième et dernier enfin, celui de Peven Everett (voix de Gabrielle sus-citée, ndlr), achève un travail d'orfèvre et de précision émotionnelle. Sans parler de la voix protectrice et enveloppante de Terry Callier dont les paroles résonnent dans n'importe quelles versions.

Can it be ? Do you hear ? / A new freedom song is ringing
No more dark, no more fear / There's a new day that it's bringing
Something simple is the key / Only love will set us free
It's so far, it's so near / Almost close, almost here...

Terry Callier - Love Theme From Spartacus Lyrics

Un vinyle, une histoire #2

Variations sur le même "Love Theme"...

Et des versions de ce Love Theme From Spartacus, il y en a pléthore. Mais sans paroles. Car à l'origine, les cinéphiles avertis auront reconnu dans ce titre la référence à l'une des illustrations sonores qui composent la bande originale du film Spartacus (1960) de Stanley Kubrick et mise en musique par Alex North. Un titre repris par des jazzmen (Ahmad Jamal, Yusef Lateef), un guitariste émérite (Carlos Santana), un maestro de l'electro funk (Herbie Hancock) et même des rappeurs (comme Shurik'n dans son Manifeste). Ainsi s'achève l'histoire personnelle du Love Theme From Spartacus de Terry Callier dont il faut également souligner la beauté de sa version originale jouée à la guitare. Et voici donc en quelques lignes comment il est possible d'évoquer Max de Fun Radio pour parler de Terry Callier, tout en faisant un crochet par Stanley Kubrick, Yusef Lateef et Shurik'n. L'essentiel étant d'arriver au bon endroit. Et de s'y sentir bien.

T.G

  • Il était une fois... Love Theme From Spartacus de Terry Callier (1998)
bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Le Blogger