Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
              metamusique.fr

metamusique.fr

Menu
Années 90 : Générations Rap

Années 90 : Générations Rap

Années 90 : Générations Rap
Ils sont jeunes, ils sont bons et ils ont fait un carton. Aux Etats-Unis comme en France, les « bébés » rappeurs auront littéralement marqué de leurs rimes et, pour certains, de leur pas de danse la désormais culte génération 90. D’Atlanta à Vitry en passant par New York ou Genève, voici quatre groupes ou artiste « graines de star » élevés au rang de boss du « rap game » dès leur plus jeune âge.

Le combat continue...

Tout a commencé très tôt, à 16 ans, pour celui que l’on appelait encore Daddy Kerry lorsqu’il faisait du « Ragga » avec MC Solaar et qui deviendra Kerry James. Regroupé au sein du collectif Ideal Junior (avec Teddy Corona et Jessy Money), le rappeur encore amateur (mais déjà expert dans l’art du flow) publie en 1992 le maxi La vie est brutale qui reprend le célèbre sample du Give me the night de George Benson. Aujourd’hui encore, ce titre possède la saveur d’une délicieuse Madeleine de Proust Hip Hop.

A l'endroit comme à l'envers...

La même année, de l’autre côté de l’Atlantique, plus précisément à Atlanta, deux frères vont littéralement embraser les hits et les passions grâce à un tube interplanétaire. Classé en tête du Billboard (le mythique classement US des ventes de disques) pendant 8 semaines, le Jump vocalisé par Chris Kelly (décédé d'une overdose le 1er mai dernier à l'âge de 35 ans) et Chris Smith, 12 ans à peine, réunis sous le pseudonyme Kris Kross, va rapporter très gros à leur producteur, Jermaine Dupri, président du label So So Def. L’album Totally Krossed Out dont est extrait ce single tonitruand, s’écoulera à plus de 4 millions d’exemplaires. Mais outre la musique, les deux gamins lancent une nouvelle mode vestimentaire. Un coup marketing de maitre. Le port du jean à l’envers devient tendance… Hallucinant.

Wu Baby

A 14 ans, Shyheim Franklin ne pouvait rêver meilleurs parrains dans le rap. Adoubé par le Wu Tang Clan, ce rappeur de Brooklyn, cousin de Ghostface Killah, devient le plus jeune membre affilié au mythique collectif de Staten Island. Son premier album A.K.A The Rugged Child (1994) laisse apparaître un flow étonnement assuré et mature. Un essai transformé deux ans plus tard avec le très réussi et acéré Shaolin Style, single extrait du deuxième opus The Lost Generation. L’esprit « Wu Tang » comme on l’a toujours aimé. Sec, percutant, mélodieux, profond.

Petits Suisses, grand talent…

Les Suisses Eli Eid, Rubestin et Loucha ont eu la bonne idée de signer sur le label français qui montait au milieu des années 90 : Arsenal Records, l’écurie de La Cliqua. Agé de 15 à 18 ans, ils multiplient d’abord les apparitions sur les tapes de Cut Killer et se font repérer sur le freestyle géant des Sléo intitulé Ne joue pas avec le feu aux côté de Fabe, Laidy Laistee ou encore Daddy Lord C. Mais les trois rappeurs Genevois décrochent définitivement leur ticket pour la postérité avec le désormais « classique » A tous ceux, extrait de la compilation Le Vrai Hip Hop (1996) signé Arsenal. T.G

bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska
Le Blogger